Obligatoire sur toutes les voitures neuves immatriculées en France depuis le 1er janvier 2012, l’ESP fait beaucoup parler de lui. Mais de quoi s’agit-il exactement et pourquoi est-il obligatoire aujourd’hui ?

L’ESP, un outil d’aide à la conduite

ESP est l’acronyme pour Electronic Stability Program. Il est aussi appelé ESC, pour Electronic Stability Control, ou, en français, correcteur électronique de trajectoire.

L’ESP fait partie des aides à la conduite électroniques, comme l’ABS (système d’anti-blocage des freins) ou l’ASR (qui empêche le patinage des roues). Il est présent en série sur de plus en plus de véhicules depuis 2012, contrairement à d’autres aides à la conduite qui sont, elles, facultatives et proposées en option à l’achat de la voiture (comme le régulateur de vitesse adaptatif ou ACC).

L’ESP permet de mieux contrôler la trajectoire d’un véhicule en agissant sur le système de freinage du véhicule dès qu’un problème de trajectoire est détecté. Son action est automatique et ne nécessite aucune activation de la part du conducteur. Il est signalé par un voyant lumineux sur le tableau de bord sous la forme d’un pictogramme représentant une voiture en train de déraper.

A quoi sert l’ESP ?

L’ESP va donc vous aider à maintenir votre trajectoire, notamment sur des sols glissants (pluie, neige), lors d’un virage difficile, ou durant une manœuvre d’évitement.

Dans la pratique, il se déclenche automatiquement dès lors que le système détecte une anomalie dans la trajectoire du véhicule, que ce soit une mauvaise réponse des roues aux mouvements du volant, ou un virage mal pris. Des capteurs électroniques, situés au niveau des trains roulants et de la direction de la voiture, envoient alors un signal à un calculateur qui déclenche aussitôt une réaction adaptée. L’action peut être un freinage localisé (au niveau de la roue avant extérieure, dans le cas d’un survirage, ou de la roue arrière intérieure, dans le cas d’un sous-virage) et plus ou moins puissant selon la nature et l’intensité du problème détecté. La correction peut également se faire au niveau du système d’antipatinage. En quelques secondes, la voiture est remise sur sa trajectoire et la perte de contrôle évitée : l’ESP est donc une aide précieuse !

Si ce mécanisme est activé automatiquement sur toute voiture construite après 2012, il y a certains cas où il est conseillé de le désactiver, par exemple lorsque vous effectuez un démarrage dans la neige (attention toutefois à penser à le réactiver après !). Les voitures de sport sur circuit n’en ont également pas besoin si elles veulent être au top de leur performance ! La désactivation se fait alors par une simple pression sur un bouton dédié, qui se trouve sur votre tableau de bord.

Une panne d’ESP peut, vous l’aurez compris, avoir des conséquences graves : si votre véhicule vous informe d’une défaillance dans le mécanisme, n’attendez pas avant d’aller chez votre garagiste !

Publié dans : Auto

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *