La technologie LED ( Light Emitting Diode – Light Emitting Diode) a été inventée en 1962 par l'Américain Nick Holonyak, consultant pour General Electric.

Au départ, il n'y avait encore aucune idée du grand développement qu'aurait eu une telle technologie.

Les premières LEDs n'étaient que rouges et étaient utilisées pour des applications telles que les télécommandes infrarouges ou l'éclairage de l'écran.

Par la suite, des LEDs ont été mises au point qui émettent une lumière jaune et verte et permettent d'afficher quatre états différents (éteint, vert, rouge, rouge, vert + rouge = jaune).

Plus de développement a eu lieu dans les années 90 jusqu'à ce que, avec la possibilité de créer de la lumière bleue, il a été possible de faire des dispositifs avec trois couleurs (rouge, vert et bleu), ce qui a permis de reproduire toute couleur, qui a conduit à un grand développement de la technologie, grâce à l'expansion des possibilités d'utilisation.

Comment fonctionnent les LEDs

La technologie exploite la propriété d'électroluminescence de certains matériaux semi-conducteurs convenablement sollicités sous l'action d'un champ électrique.

Les électrons si excités émettent des photons puis de la lumière.

Dans la pratique, le principe de l'électroluminescence entraîne une conversion directe de l'énergie électrique en lumière.

Pour faire une comparaison, dans le cas des lampes à incandescence, maintenant hors commerce, la transformation en lumière n'était que la troisième étape d'un processus qui produit de la chaleur.

Et l'absence de chaleur est l'un des avantages des LED, mais certainement pas le seul.

Avantages des LEDs

Un autre aspect positif est la possibilité de miniaturisation qui étend son champ d'application de manière illimitée.

Mais les luminaires à LED sont aussi plus efficaces et permettent de plus grandes économies d'énergie, sont plus résistants à l'humidité et aux intempéries ainsi qu'aux impacts et chocs, ont un type de lumière qui ne modifie pas les couleurs réelles et ont également la capacité d'émettre des lumières colorées.

De plus, au fil des ans, certains points critiques ont été réduits, comme le faible nombre de lumens et le coût élevé (typique d'une technologie encore en développement).

Même en 2000, une lampe LED ne dépassait pas 20 lumens, alors qu'aujourd'hui elle dépasse 120 lumens.

Le coût, encore élevé par rapport aux lampes fluorescentes, diminue cependant progressivement, de sorte que le coût d'une lampe est compris entre 8 et 40 euros, avec un impact environnemental moindre.

En fait, ces lampes ne contiennent que de la poudre de silicium et ne contiennent pas de substances nocives, comme le plomb, l'azote ou le mercure et ont une durée de vie plus longue (60 000 heures en moyenne par rapport à 8 000 heures pour une lampe fluorescente), mais avec un rendement énergétique inférieur. En fait, une LED de 3W éclaire autant qu'une ampoule de 50W.

Ils ne polluent pas non plus la lumière, car la LED s'allume sans saturer l'environnement et ne sont pas nocifs pour les yeux car n'émettent pas de rayons ultraviolets ou infrarouges.

L'économie d'énergie est considérable : les lampes LED consomment un tiers de l'énergie requise par une lampe à incandescence.

Applications LED

Au fil des ans, les LED se sont établies comme source de lumière dans toutes les applications où la durabilité, l'efficacité, l'économie et l'endurance étaient nécessaires.

On les retrouve donc dans les télécommandes infrarouges, comme les indicateurs d'état, dans feux de circulation, dans arrêt des voitures, dans les panneaux publicitaires, jusqu'à l'éclairage urbain et domestique.

En particulier, les LED ont été utilisées dans l'éclairage public et les installations grâce à la capacité de leur lumière à façonner les volumes, les objets et les architectures, à mettre en valeur leurs qualités sans éblouir le regard.

Dans la maison, les LEDs sont utilisées aussi bien à l'intérieur, avec d'autres sources d'éclairage, qu'à l'extérieur, pour éclairer les fontaines, jardins et piscines.

Conseils IMQ pour les LEDs

Il ne faut pas cacher qu'à l'heure actuelle, cette technologie a aussi des faiblesses à améliorer, telles que l' émission de rayonnement optique et en particulier les risques de la lumière bleue. Une exposition prolongée à cette lumière peut endommager la rétine.

Pour cette raison, il est essentiel d'acheter des produits sûrs, tels que ceux portant le label IMQ et/ou ENEC 03, qui représentent une garantie de construction conforme aux normes et contrôles européens, avant leur mise sur le marché, par un tiers au-dessus des parties.

En particulier, pour vérifier que les émissions lumineuses ne dépassent pas les limites fixées par la norme CEI 62471 de 2006 (ratifiée ultérieurement par la norme européenne EN 62471:2008) pour la sécurité photobiologique des lampes et systèmes de lampes, l'Institut français du label de qualité a créé un laboratoire spécifique pour évaluer les risques dus aux rayonnements optiques.

Afin de vous assurer que les lampes que vous achetez sont aussi colorées que possible, nous vous recommandons de choisir des DEL avec un rendu des couleurs d'au moins 90+. Pour l'extérieur, choisissez plutôt des luminaires ayant un indice IP supérieur à 44, capables de résister à la poussière et à l'humidité.

Enfin, pour une efficacité lumineuse optimale, il est recommandé d'utiliser des luminaires de 80 lumens par watt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *