Le bois destiné à rester à l’extérieur doit faire l’objet d’un traitement préventif pour lui permettre de résister le plus longtemps possible.

La plupart du bois d’extérieur est produit à partir de pin nordique (Pinus Silvestris) provenant de forêts sous contrainte de reboisement contrôlé. Le pin est un conifère avec une grande capacité d’adaptation à divers climats et en Europe du Nord, a une croissance lente, ce qui donne une résistance toute particulière.

En plus du choix de l’essence, les bois qui sont utilisés pour la construction, le jardinage ou encore le bardage sont aussi traités. Ce traitement se fait après que le bois ait été découpé dans sa forme finale.

La qualité de l’imprégnation du bois

img_5d93c237bb7f0.jpg

Une fois les opérations d’usinage et l’assemblage terminé, on passe à la phase d’imprégnation. Sont succès dépend grandement de la profondeur à laquelle le bois sera traité.

Les bois imprégnés n’ont pas tous les mêmes capacités et les mêmes caractéristiques techniques. Ils n’ont pas tous la même capacité d’absorption (exprimée en kg/Mc). Plus le traitement peut pénétrer en profondeur, plus le bois est protégé des agents atmosphériques et pathogènes après exposition.

Pour que le traitement soit le plus efficace possible, celui-ci doit être fait en autoclave. C’est-à-dire que le bois n’est pas seulement trempé dans une solution, mais il est passé en autoclave, ou en jouant sur la pression, la solution finit par pénétrer et imprégner toutes les cavités du bois.

En effet, le simple fait de tremper ne fonctionnerait pas et nécessiterait un traitement annuel. En effet en raison de l’imperméabilité naturelle des fibres de pin la solution de traitement ne peut pénétrer en profondeur. La seule solution est l’autoclave. L’autoclave est un grand récipient étanche qui peut résister à de très fortes pressions.

Le bois, sélectionné par taille, est empilé sur des chariots adaptés au traitement autoclave. Une première opération, de mise sous vide est effectuée. Ce n’est pas un vide parfait, mais plutôt une forte dépression (0,3-0,4 Bar).

Cette opération sert à vider les cellules de surface du bois de l’eau et de l’air qu’elles contiennent.

La deuxième phase consiste à remplir complètement l’autoclave d’une solution à base d’eau dans laquelle sont dissous, à forte concentration des sels protecteurs. L’ensemble est alors soumis à une forte pression.

Enfin, il est nécessaire de fixer le traitement et cette opération. Cela se fait en introduisant une vapeur à 90° dans l’autoclave. À la fin des différents cycles, l’autoclave est ouvert et le produit exposé à l’air pour sécher. À la fin du traitement, le bois est non toxique.

Conservation d’un bois imprégné

Tous les produits imprégnés sont souvent stockés à l’extérieur. Pour cette raison, ils peuvent être mouillés lorsqu’ils sont récupérés par le client.

Cela n’endommage pas le produit. Pour les utiliser, il convient de les laisser sécher dans un endroit couvert et ventilé pendant 48 – 72 heures, si possible à distance du sol. Vous pouvez par exemple les surélever avec une palette ou des parpaings.

Les taches vertes présentent parfois à la surface du bois ne sont pas l’indication d’un défaut, mais est elles sont due à la richesse de l’imprégnation dans l’autoclave.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *