Le travail vous expose souvent à un certain nombre de risques contre lesquels des mesures préventives doivent être prises. La loi protège expressément la sécurité des personnes qui exécutent des travaux qui, compte tenu du type de tâches exécutées ou du lieu où elles sont effectuées, présentent des facteurs de risque extrêmement élevés. C’est souvent le cas de travaux qui nécessite de la manutention d’articles lourds, la manipulation de produits chimiques, les travaux où les risques électriques sont importants, mais aussi lorsque le travail nécessite de déambuler dans des entrepôts où de nombreux véhicules peuvent parfois vous rouler sur les pieds. Il est bon de rappeler que chaque année 7 à 10% des accidents du travail concernent les pieds. Dans tous ces cas où les travailleurs sont exposés à des dangers constants, l’employeur et le comité responsable de la sécurité au travail doivent prendre les mesures de sécurité nécessaires pour assurer la sécurité physique du travailleur. Il s’agit également de la mise à disposition d’accessoires appropriés pour l’exécution sûre des tâches demandées. L’obligation ou non de porter des chaussures de sécurité est définie par la convention collective, le règlement intérieur de l’entreprise, mais aussi par le Code du travail. Revenons ensemble sur la réglementation et le choix d’une bonne chaussure de sécurité.

La sécurité commence par l’achat de chaussures de qualité

Pour un élément aussi important que la sécurité au travail, il est important de ne pas faire l’impasse sur la qualité au profit du prix. C’est pourquoi nous préconisons d’acheter des chaussures de sécurité engelbert strauss. La marque allemande créée en 1948 fabrique et vend des articles dédiés à la protection du travailleur. Les toutes premières protections proposées au catalogue étaient des gants. La protection des mains reste encore aujourd’hui un des fers de lance de l’entreprise. Au fil du temps avec l’essor de la vente par correspondance l’entreprise Engelbert Strauss a intégré à sa gamme les chaussures de sécurité et les vêtements de travail. L’entreprise propose aussi des services de finition pour les entreprises qui souhaiteraient faire broder le logo de leur entreprise sur les vêtements distribués à ses employés.

Ce que dit la loi sur le port des chaussures de sécurité.

Voici ce que dit l’article Article R233-83-3 du Code du travail sur les dispositifs de protection individuelle

Les équipements de protection individuelle auxquels s’appliquent les obligations définies au I de l’article L. 233-5 sont des dispositifs ou moyens destinés à être portés ou tenus par une personne en vue de la protéger contre un ou plusieurs risques susceptibles de menacer sa sécurité ainsi que sa santé.

Un ensemble constitué par plusieurs dispositifs ou moyens, associés de façon solidaire en vue de protéger une personne contre un ou plusieurs risques susceptibles d’être encourus simultanément, est considéré comme un équipement de protection individuelle.

Sont également considérés comme des équipements de protection individuelle :

1° Un dispositif ou moyen protecteur solidaire, de façon dissociable ou non dissociable, d’un équipement individuel non protecteur, tel que vêtement de travail, porté ou tenu par une personne en vue de déployer une activité ;

2° Tout composant interchangeable d’un équipement de protection individuelle, indispensable à son bon fonctionnement et utilisé exclusivement pour cet équipement de protection individuelle.

Les systèmes de liaison éventuels permettant de raccorder un équipement de protection individuelle à un dispositif extérieur complémentaire, même lorsque ces systèmes de liaison ne sont pas destinés à être portés ou tenus en permanence par l’utilisateur pendant la durée d’exposition aux risques, sont considérés comme faisant partie intégrante de l’équipement de protection individuelle.

Comment choisir les meilleures chaussures de sécurité?

L’Union européenne a réglementé les paramètres de sécurité auxquels les chaussures de sécurité doivent répondre. Cette réglementation dépend de l’environnement de travail et des risques possibles. La norme EN ISO 345 définit en particulier les exigences auxquels les chaussures de sécurité à destination des professionnels doivent répondre. Ces chaussures sont marquées de la lettre « S », correspondant au mot anglais « Safety », suivi d’autres lettres ou chiffres qui vont indiquer s’il existe ou non des exigences supplémentaires. Le modèle le plus basique est certifié SB ou Basic Safety. Pour bénéficier de cette certification, les chaussures doivent être munies d’un embout qui protège les orteils contre les chocs dont le niveau d’énergie peut atteindre 200 joules. De plus, elles doivent résister et protéger le pied d’un objet pesant 20 kg en chute libre d’une hauteur de 1 mètre avec une force de 1 500 N,  ce qui équivaut au moment de l’impact à un poids de 150 kg. Les certifications supplémentaires des chaussures de sécurité sont le S1, le S2, le S2, le S3, le S2P et enfin S5. En particulier, les chaussures certifiées S1 possèdent, outre les caractéristiques des chaussures certifiées SB, une semelle antistatique, une absorption d’énergie au talon et une imperméabilité dynamique au niveau de la tige. Il est spécifiquement indiqué pour le personnel de travail qui ne risque pas, selon les paramètres spécifiés par la loi, d’endommager la plante du pied. Les chaussures de sécurité avec certification S2 sont similaires à celles de la catégorie précédente, car elles sont conçues pour protéger les travailleurs qui ne courent pas de risques pour la plante du pied. Cependant, contrairement à ces dernières, ils sont enduits de matériaux imperméables, comme le nubuck. Les certifications S3, S1P et S2P ont des caractéristiques en partie similaires à celles des autres modèles, auxquelles s’ajoute une feuille anti-perforation. Les dernières catégories, les S4 et S5 sont des bottes 100% étanches utilisées dans les ports par exemple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *