img_5e4d4a24b42f1.jpgComme vous le savez certainement (même si vous habitez au nord de la Loire) le moustique tigre qui peut être porteur de la fièvre Chikungunya, mais aussi des virus Zika ou Dengue est de plus en plus présent sur le territoire métropolitain. Si les cas de personne développant un virus à la suite d’une piqure de moustique tigre restent vraiment marginaux (quelques cas par an), il reste que ce moustique est une véritable plaie. En effet, le moustique tigre est vorace et il est actif toute la journée. La lutte contre les moustiques n’est pas une procédure rapide et facile, mais si vous appliquez les quelques conseils qui vont suivre (ainsi que vos voisins, car malheureusement le moustique ne s’arrête pas à votre palissade) vous devriez passer des moments plus agréables dans votre jardin sans bourdonnement et démangeaison.

La stratégie

img_5e4d482c9a51c.jpgLa première chose à faire est de combattre les larves et ensuite seulement les adultes. Si nous appliquons ce système, nous aurons éliminé la plupart des moustiques. Si les moustiques sont nos ennemis, la première étape pour les vaincre est de bien les connaître. Les moustiques tigres, par exemple, ne sont pas de grands voltigeurs et, s’ils trouvent facilement des hôtes pour piquer et pondre leurs œufs dans des zones humides, ils ne se déplacent généralement pas du lieu où ils sont nés. Cela signifie que si vous avez des moustiques dans votre jardin, vous les élevez probablement involontairement, en créant les conditions optimales pour qu’ils vivent et se multiplient.

Comme beaucoup d’autres insectes, les moustiques effectuent une véritable métamorphose au cours de leur vie : ils passent de l’œuf, au stade larvaire, pour devenir ensuite des moustiques adultes. Les adultes se nourrissent de nectar pour survivre, seules les femelles piquent, car elles ont besoin de sang pour faire mûrir leurs œufs. Au cours d’une vie, un moustique femelle pond plusieurs fois (jusqu’à  100 œufs par ponte). Au sec, les oeufs peuvent « survivre » plusieurs mois, mais ils n’écloront qu’en condition humide (submergées par l’eau), par exemple après une pluie ou un arrosage. Les œufs deviennent des larves dont l’aspect est totalement différent des adultes.

Lire aussi  Les tendances 2018 au jardin

Les différentes techniques de lutte

La première étape consiste donc à rendre votre jardin inhospitalier aux moustiques, pour ce faire il faut éliminer au maximum ses besoins. Nous avons vu que les larves ont besoin de rester complètement immergées dans l’eau pour leur développement complet et nous savons que normalement une semaine et une quantité minimale d’eau suffisent pour passer de l’œuf au moustique adulte. Par conséquent, tout récipient, même de petite taille, dans lequel l’eau stagne pendant plus de 7 jours consécutivement est une source potentielle de danger, c’est-à-dire un foyer larvaire. Il suffit de se promener dans le jardin avec un regard attentif, pour découvrir qu’un nombre conséquent et insoupçonné d’endroits peuvent abriter des moustiques . Voici les plus fréquents.

  • Gamelle pour animaux
  • Bacs à oiseaux sauvages
  • Arrosoirs, seaux
  • Gouttières bouchées
  • Trous dans les arbres qui peuvent retenir l’eau en cas de pluie
  • les soucoupes de vos bacs floraux
  • Pneus usagés
  • Fontaines et lacs d’ornement
  • Bidons et grilles pour la collecte des eaux de pluie

Enfin, n’oubliez pas les bâches de plastique : elles sont peut-être utiles pour protéger le jardin, si on les laisse sous la pluie, elles créent de nombreuses « micropiscines » parfaites pour le développement des larves de moustiques.

QUELQUES TECHNIQUES UTILES

img_5e4d484c8d271.jpgDans certains cas, nous pouvons résoudre le problème avec du bon sens : pour les abreuvoirs, il suffit de remplacer l’eau au moins tous les 5 jours, c’est-à-dire avant le développement complet de la larve, qui prend généralement 7 jours. Les soucoupes doivent être vidées après l’arrosage et si les pots sont placés dans le jardin, il faut les placer directement sur l’herbe, en évitant les soucoupes. Dans d’autres cas, où la stagnation de l’eau est impossible à éviter, comme dans le cas de la culture hydroponique, des étangs d’ornement, des conteneurs de collecte des eaux de pluie, il est important d’utiliser des larvicides. Disponible en comprimés pratiques, il suffit de les déposer en cas d’épidémie pour stopper le développement des moustiques à la naissance.

Lire aussi  10 conseils pour réussir la culture de vos tomates

En cas de pluie, si l’eau de pluie a complètement dissolu la tablette, vous devez répéter l’opération. Les larvicides sont des produits qui ne nuisent pas à l’environnement ou aux animaux. Les mêmes municipalités prévoient des interventions annuelles avec des larvicides sur les terrains publics et dans les zones les plus touchées, il existe des ordonnances spécifiques qui font du devoir de prévention des familles. L’élimination des moustiques à la naissance, c’est-à-dire éviter la stagnation de l’eau et prévoir une action périodique avec des larvicides de février à novembre est certainement la solution la plus écologique pour résoudre le problème des moustiques.

QUE FAIRE EN CAS D’INVASION ?

img_5e4d482458083.jpgEn plus des nombreuses sources d’eau dans le jardin dont nous venons de parler, il faut aussi considérer que les plantes de votre jardin créent des zones humides et ombragées même en été : des endroits parfaits pour les moustiques. Les buissons, les haies, les pergolas couvertes de vignes et les zones ombragées du jardin sont autant d’endroits où les moustiques ont tendance à se cacher. Les moustiques vous piquent la nuit ? Lorsque vous arrosez votre pelouse le soir, êtes-vous attaqué par les moustiques ? Lors d’un dîner, vous êtes piqué ? Si vous avez répondu « oui » à toutes ces questions, cela signifie que votre jardin est infesté de moustiques. Dans ce cas, il faut tout d’abord entamer une action larvicide afin de stopper la propagation, ensuite et seulement à ce moment attaquez-vous aux adultes déjà présents. Dans la maison, n’oubliez pas qu’il est possible d’utiliser des piège à moustique tigre . S’il est préférable de s’attaquer à la source (donc au jardin), rien n’empêche de prévoir des pièges pour passer des soirées plus tranquilles, le temps que le problème soit résolu.

Lire aussi  Comment chauffer un espace extérieur ?

Pour les tuer, il est important de prendre en considération la taille de votre jardin.

PETIT JARDIN :  S’il s’agit d’un petit jardin et d’une infestation modeste, nous pouvons résoudre le problème en utilisant des insecticides prêts à l’emploi à pulvériser sur les plantes, les haies et les endroits où les moustiques sont présents. Sur les zones construites comme les pergolas, il est préférable d’utiliser le spray antimoustique classique : produisant une brume plus fine qu’un pulvérisateur, il atteint mieux tous les coins et ne se mouille pas.

GRAND JARDIN :  Face à une infestation majeure, nous devons utiliser un insecticide concentré en microémulsion aqueuse ayant une triple action : antiparasitaire, antimoustique et résiduelle. C’est un produit qui doit être dilué avec de l’eau (quelques millilitres par litre, mais toujours en suivant les instructions du fabricant sur l’étiquette) et vaporisé par des pompes à dos, des pompes manuelles à pression ou des pulvérisateurs. Dans ce cas également, il est nécessaire de pulvériser les haies et les endroits humides, et celles où vous remarquez la plus grande présence. Les insecticides résiduels ne doivent être distribués que dans les zones réellement fréquentées par les moustiques : il s’agit cependant d’un produit chimique qui doit être utilisé de manière consciente. L’action résiduelle fait que l’action insecticide sur la végétation se poursuit pendant de nombreux jours même après le traitement, frappant tous les moustiques qui vont chercher refuge.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *